SINOUÉ Sinoué logo

Troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité


Comprendre les troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité et les accompagnements qui y répondent.

Définition et symptômes

Troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité – définition


 

Les sujets touchés d’un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) éprouvent des difficultés à se concentrer, à être attentifs ou encore à mener à terme des tâches d’une complexité modérée. Ils ont souvent du mal à “rester en place”, à attendre leur tour et agissent fréquemment de manière impulsive.



Les symptômes du Troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité


L’inattention, l’impulsivité et l’hyperactivité sont les caractéristiques principales du TDAH.
 

Une personne qui souffre de troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité présente généralement les symptômes suivant :


  • incapacité à prêter attention aux détails, fautes d’inattention dans les travaux professionnels ou scolaires ;

  • difficultés à fixer son attention sur une tâche ou un jeu ;

  • difficultés à rester concentrer durant une conversation ;

  • évite les tâches nécessitant un effort mental prolongé (travail scolaire, devoirs à la maison…) ;

  • remue souvent les mains et les pieds sur son siège, manipule des objets ;

  • difficultés à attendre son tour ;

  • ne tolère pas la frustration ;

  • éprouve des difficultés à maîtriser ses gestes et ses paroles durant les moments de stress.


 

Le TDAH de type mixte désigne les individus qui ne présentent pas nécessairement une hyperactivité, une inattention et une impulsivité à la fois. Inattention ne rime pas toujours avec hyperactivité et impulsivité. Un enfant peut être très distrait et ne présenter aucune hyperactivité. À l’inverse, un enfant peut être très agité et impulsif, mais être capable de se concentrer sur certaines tâches.

Chiffres et données clés

On estime qu’en France, 3,5 à 5,6% des enfants scolarisés souffrent de TDAH. Ces troubles sont diagnostiqués, en moyenne, à l’âge de 9-10 ans. Chez les enfants diagnostiqués, 47% d’entre eux présentent des troubles de l’attention, 36% de l’hyperactivité, et 17% combinent les deux.

Quelles sont les causes ?

La consommation d’alcool, de tabac ou autres substances psychoactives durant la grossesse peuvent être à l’origine d’une trop faible production de dopamine chez l’enfant, augmentant ainsi son risque de souffrir de TDAH.


De même, plusieurs études démontrent que l’exposition aux pesticides, aux substances toxiques et au plomb durant la vie foetale et la petite enfance pourrait contribuer à la forte prévalence du TDAH.


Enfin, les traumatismes crâniens, ainsi que les méningites bactériennes et la prématurité sont désignées comme des facteurs de risques d’apparition de troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité.

Quels accompagnements pour les souffrants de troubles du déficit de l’attention et de l’hyperactivité ?

Il n’existe pas de traitement permettant de guérir le TDAH. L’objectif des médicaments généralement prescrits ont pour objectif de réduire les effets des troubles, en vue d’améliorer leurs performances scolaires ou professionnelles qui sont généralement mauvaises.


Les médicaments du type Méthylphénidate, ou encore les dérivés de l’amphétamine sont des psychostimulants qui agissent comme le café : en stimulant le centre d’éveil, ils permettent de maintenir l’attention et diminuent l’agitation.


L’atomoxétine est un médicament utilisé pour réduire l’anxiété des enfants atteints de TDAH et peut également être prescrit en complément des psychostimulants.