SINOUÉ Sinoué logo

Dépression pré et post natale


Que sont les dépressions pré et post-natales et comment y répondre ?

Dépression pré et post-natale - définition et symptômes

Dépression pré et post-natale – définition


 

La dépression périnatale désigne un état dépressif qui touche généralement la mère, durant et après la grossesse. On distingue :
 


  • La dépression prénatale, qui se déroule durant la grossesse ;

  • La dépression post-partum ou post-natale, après la naissance de l’enfant.


Il s’agit d’un trouble psychique sérieux qu’il convient de différencier du simple “baby blues”, qui est une période de doute passager.  Selon les résultats des recherches actuels, il semble que ce trouble rencontré chez la mère peut avoir des conséquences sur le développement de l’enfant.


 

Dépression pré et post-natale – symptômes


 

La dépression pré et post-partum sont de véritables formes de dépression. Si le baby blues se rencontre fréquemment chez les jeunes mères (près de 50 %), il se résout spontanément et ne dure pas plus de quelques jours.
 

Lorsqu’il ne s’agit plus d’un épisode mais d’un état prolongé, il s’agit alors plutôt d’un état dépressif périnatal. Le sujet présente alors les symptômes suivants :
 


  • Une tristesse intense et prolongée ;

  • Une perte de l’élan vital et d’intérêt pour les activités agréables du quotidien. Lors de la dépression prénatale, cela peut se traduire par un manque d’intérêt pour la grossesse Dans le cas de la dépression post-natale, la mère peut également présenter une absence de plaisir à s’occuper de son enfant ;

  • Une fatigue intense et un manque d’énergie, même en début de journée.


Le sujet peut souffrir de ce trouble dépressif périnatal, si les symptômes évoqués se déroulent pendant plusieurs semaines, de façon permanente.


Les conséquences de la dépression périnatale sur l’enfant

La dépression périnatale semble, selon les recherches récentes, avoir des conséquences sur la mère et son enfant.
 

Ainsi, un trouble périnatal peut engendrer, pour mère et enfant, une prédisposition à la dépression qui pourra survenir plus tardivement.
 

Par ailleurs, la dépression prénatale semble avoir un impact sur le développement des systèmes biologiques associés au stress chez le fœtus. La dépression post-natale, elle, implique généralement une implication moindre de la mère dans l’attention et le soin porté à son enfant. Par la suite, cela peut se traduire chez l’enfant par une difficulté à créer des liens et des attachements sociaux sains.
 

Enfin, les troubles dépressifs périnataux peuvent accroître le risque de complications pendant la grossesse et l’accouchement.

Les causes des dépressions pré et post-natales

Les recherches actuelles ne permettent pas d’identifier avec certitude les causes précises des dépressions périnatales.
 

Les hypothèses actuellement avancées concernent la condition psychique de la mère, son hygiène de vie, son alimentation, son évolution hormonale, mais impliquent aussi des facteurs sociaux.
 

Il est ainsi très probable que ce type de trouble soit causé par l’addition de divers facteurs, qui peuvent varier d’un individu à un autre.

Dépression pré et post-natale - chiffres clés

Les troubles dépressifs sont généralement plus fréquents chez les femmes. On estime que 19,2 % des femmes pourraient souffrir de dépression majeure ou mineure après l’accouchement et que 7,1 % des nouvelles mères présentent les symptômes clairement définis de la dépression. En réalité, il s’avère que les taux de dépressions prénatales et postnatales sont assez semblables et ne diffèrent pas beaucoup de ceux enregistrés chez les femmes n’étant pas enceintes ou ne venant pas d’accoucher.
 

Enfin, la dépression prénatale est l’un des facteurs permettant le plus de prédire une dépression post-natale. Ceci s’explique logiquement par le fait que ces troubles sont provoqués par divers facteurs, souvent présents pendant et après la grossesse.

Comment traiter les dépressions pré et post-natales ?

Afin de traiter la dépression périnatale, un accompagnement psychothérapeutique est généralement nécessaire. Le processus de guérison repose sur l’association d’un suivi individuel par un spécialiste avec un traitement médicamenteux adapté, lorsque cela est nécessaire.
 

Quoi qu’il en soit, si la dépression périnatale est avérée, une prise en charge experte doit être sollicitée le plus tôt possible pour éviter des effets néfastes pour l’enfant.
 

L’entourage joue également un rôle crucial et peut compenser l’absence relative de la mère auprès de son enfant, dans le cas de la dépression post-natale. Lorsque les amis et la famille se mobilisent, il est possible d’empêcher l’enfant de pâtir des répercussions du trouble dépressif de la mère.

Découvrez nos établissements