SINOUÉ Sinoué logo

Troubles alimentaires non spécifiés


Comprendre les troubles alimentaires non spécifiés.

Définition et symptômes

Les troubles alimentaires non spécifiés regroupent les problématiques alimentaires qui ne répondent pas aux critères des troubles spécifiques, tels que l’anorexie nerveuse ou encore la boulimie. Cependant, les personnes souffrant de troubles alimentaires non spécifiés vivent avec une obsession de l’image corporelle et une faible estime d’eux même qui a un impact sur leur santé psychique et physique.
 

Elles peuvent compter les calories, s’imposer des régimes amaigrissants, avoir des habitudes de surentraînement… Il s’agit ainsi de problématiques devant être prises en charge aussi sérieusement que les troubles alimentaires dont les symptômes et caractéristiques sont spécifiés.

Les facteurs de risques

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) ont généralement des causes multifactorielles (biologiques, psychologiques, sociales et environnementales). Il est ainsi délicat d’énoncer une ou plusieurs origines spécifique à ce type de troubles.
 

Comme pour la boulimie et l’anorexie nerveuse, le culte des corps minces, voire maigres, et pointé du doigt par les spécialistes de santé, en tant que facteur aggravant. En effet, la majorité des personnes touchées par les troubles du comportement alimentaire sont des femmes. Or, les corps féminins présentés dans les médias comme modèles de beauté sont très souvent sveltes, ce qui pourrait influencer les jeunes sujets, et favoriser l’apparition d’obsessions relatives au corps et au poids.

Quels traitements pour ces troubles alimentaires non spécifiés ?

Il n’existe pas de protocole unique pour ce type de trouble du comportement alimentaire. Comme pour les troubles alimentaires spécifiés, chaque patient doit faire l’objet d’un diagnostic personnalisé afin de bénéficier d’une prise en charge personnalisée.

Là encore, l’objectif des soins et du traitement est toujours d’atteindre un certain retour à la “normalité”, tant en terme d’indice de masse corporelle que d’apport alimentaire (en quantité et en qualité).

Les soins prodigués aux personnes atteintes de TCA reposent sur la multidisciplinarité et peuvent faire appel à des activités physiques, des consultations psychiatriques, des groupes de parole, des entretiens réguliers avec un diététicien, etc…

Cette prise en charge peut être ambulatoire, ou en hospitalisation lorsque la situation du patient l’exige.