SINOUÉ Sinoué logo

Addiction au jeu


Comprendre les mécanismes de l’addiction au jeu et les traitements possibles.

Définition et symptômes

Qu’est-ce que l’addiction au jeu ?


L’addiction au jeu correspond à des épisodes répétés et fréquent de jeu qui dominent la vie du sujet, au détriment de ses obligations sociales, professionnelles, matérielles et familiales.
 

Le sujet éprouve un besoin durable, répété et croissant de pratiquer une activité telle que les jeux de hasard ou d’argent, dans un lieu dédié ou en ligne.


 

Addiction au jeu – quand faut-il s’inquiéter ?


 

Le jeu est une activité humaine essentielle, universelle, qui apporte plaisir et récompense. Les joueurs ont généralement une approche récréative et sociale du jeu.
 

On parle de jeu pathologique, ou d’addiction au jeu lorsque la vie sociale du sujet pâtit du temps et des ressources que celui-ci consacre à son activité initialement récréative.
 

Il est ainsi nécessaire, pour le sujet ou son entourage, de s’inquiéter dès lors que la pratique du jeu est incontrôlable et a un impact néfaste sur la vie sociale et professionnelle de celui-ci.

Chiffres et données

En 2014, parmi les 15 à 75 ans ayant déclaré avoir joué à un jeu d’argent ou de hasard traditionnels au cours de l’année, on estimait que 3,9 % d’entre eux étaient susceptibles d’être des joueurs à risque modéré. Pour cette même population, 0,9 % des individus présentaient une forte probabilité d’être des joueurs excessif. Cela représente 0,5 % de la population nationale (1,2 million de français).
 

Selon l’ICJE, en 2017, 6 joueurs sur 10 (58,4 %) de jeux d’argent en ligne ne présentaient pas de risque d’addiction ; 2 sur 10 (19,1 %) présentaient un risque faible de développer un rapport problématique au jeu. Enfin, 2 joueurs sur 10 rencontrent des problèmes liés à leur pratique en ligne. Il est ici important de noter que la proportion de joueurs à risque, en ligne, a fortement progressé durant ces 5 dernières années, tandis que la proportion de joueurs à risque modéré n’a pas évolué.

Quelles sont les causes ?

L’apparition de l’addiction au jeu fait suite à un processus complexe impliquant plusieurs facteurs. Bien qu’ils puissent varier d’un patient à l’autre, on retrouve généralement :


  • un trouble narcissique de la personnalité (amour-propre) : le sujet peut avoir un sentiment d’infériorité, compensé par des fantaisies de pouvoir illimité ou de grandeur ;

  • une difficulté à réguler l’excitation : le joueur joue initialement pour le gain, pour lutter contre l’ennui ou contre des sentiments négatifs. Petit à petit, la dynamique du jeu l’emporte sur ces motivations premières ;

  • des troubles relationnels : des difficultés relationnelles passées rencontrées par le sujet, notamment au cours de son enfance (figure paternelle altérée, rejet de la part d’un ou des deux parents…) peuvent le rendre plus à risque en matière d’addiction au jeu.


 

Quels accompagnements ?

Comme pour beaucoup d’addictions, la prise en charge de la dépendance passe par une psychothérapie cognitive et comportementale. Il est également possible de prendre des mesures de protection (mise sous tutelle ou curatelle, protection des comptes bancaires, interdiction de casino…), afin d’appuyer la guérison du patient.


Le rôle de l’entourage dans cette protection du sujet, vis à vis du jeu, peut être un facteur clé de l’accompagnement.

Découvrez nos établissements